Le Diabète et L'Insuline

Le diabète est une maladie qui évolue et il se peut que le corps nécessite éventuellement des injections d’insuline pour palier sa diminution de production par le …

endocrinologue local

Dr. Dina Prus

Dr. Dina Prus

Endocrinologist
Belleville, NJ
Dr. Roshney Jacob-Issac

Dr. Roshney Jacob-Issac

Endocrinologist
Belleville, NJ
Dr. Swaminathan Giridharan

Dr. Swaminathan Giridharan

Endocrinologist
Brooklyn, NY

Dr Jean-Francois Yale, MD, CSPQ, FRCPC, Endocrinologue, explique comment régulariser le niveau de glycémie postprandiale avec l’insuline prandiale à action rapide.

l’insuline prandial et le contrôle de glycémie postprandiale

Le terme postprandial signifie après un repas. Donc la glycémie postprandiale c’est la glycémie après avoir mangé. C’est normalque la glycémie augmente quand on mange: le glucose augmente dans le sang à cause de l’absorption de la nourriture et normalement ça revient à la normale après environ deux heures grâce à l’action de l’insuline qui est une hormone, un messager qui dit à toutes les cellules du corps que c’est le temps de prendre la nourriture qui est dans le sang et de la serrer. Donc normalement on se retrouve avec une élévation de la glycémie qui est très temporaire grâce à l’insuline. Mais chez les diabétiques chez qui l’action de l’insuline peut ne pas être suffisante, on peut se retrouver avec la glycémie qui augmente après le repas beaucoup plus que la normale et qui reste élevée beaucoup plus longtemps. C’est ce qu’on appelle l’hyperglycémie postprandiale.

La valeur de l’A1C représente la glycémie moyenne sur une période d’environ deux à quatre mois. C’est le meilleur indicateur de contrôle du diabète et on espère en contrôlant prévenir les complications du diabète. On vise donc une A1C inférieure ou égale à 7 %.

Cet A1C dépend de la glycémie tout au cours de la journée. Autant la glycémie avant les repas que la glycémie après les repas, c’est la moyenne de toute la journée. Et donc c’est important de bien contrôler la glycémie à travers toute la journée si l’on veut avoir des A1C à des bons niveaux. Et dans ce sens ce que l’on sait, c’est que de contrôler la glycémie postprandiale est un des éléments importants pour avoir une valeur d’A1C dans les cibles. Ce qui permet de prévenir les complications du diabète comme les problèmes au niveau des yeux, des reins, des pieds, et des problèmes cardiaques. Lorsqu’on mange et que la glycémie s’élève, normalement le corps sécrète de l’insuline de façon à réussir à normaliser la glycémie rapidement. Cette sécrétion d’insuline rapide peut être reproduite chez les gens qui sont traités à l’insuline en donnant une insuline qui agit rapidement (les insulines rapides) et qui permettent à ce moment-là, de suivre le repas, de faire en sorte que la glycémie ne s’élève pas trop. Il y a différentes insulines qui existent, il y en a qui sont un peu plus lentes (les insulines plus traditionnelles) qui ne réussiront pas à toujours contrôler la glycémie aussi bien parce qu’elles sont trop lentes, et de plus en plus maintenant on a des insulines qui agissent rapidement. Ce qui permet à ce moment-là de couvrir beaucoup mieux la hausse de la glycémie après les repas de façon à prévenir l’hyperglycémie postprandiale.

Le meilleur moment pour prendre l’insuline avant un repas dépend un peu de la sorte d’insuline que l’on prend: les insulines plus traditionnelles (les insulines régulières qui existent depuis de nombreuses années) sont des insulines un peu plus lentes. Alors pour réussir à reproduire la hausse de l’insuline après le repas, il faut idéalement prendre cette insuline jusqu’à 30 minutes avant le repas. Ce qui pose problème parce qu’on ne sait pas toujours 30 minutes avant ce qu’on va manger. Donc ça complique un peu les choses. Donc les nouvelles insulines qui ont été développées ont eu tendance à essayer d’avoir des actions plus rapides et qui durent moins longtemps de façon à mieux imiter l’insuline que l’on produit normalement en absence de diabète. Et ces insulines peuvent être prise plus près du repas et même juste au début du repas et être suffisamment rapides pour bien contrôler la hausse de la glycémie après le repas. Les plus récentes des insulines peuvent effectivement être données au repas et même parfois après le repas et vont quand même être assez rapides pour élever l’insuline à la fin du repas de façon à prévenir la hausse de la glycémie et donc l’hyperglycémie postprandiale. Donc l’hyperglycémie postprandiale peut contribuer à une augmentation de l’hémoglobine A1C et des complications à long terme, c’est donc important d’essayer de la contrôler.

Si le sujet de l’hyperglycémie postprandiale vous intéresse ou si vous voulez en apprendre plus sur les stratégies qui pourraient vous permettre de mieux contrôler cette élévation de la glycémie, vous pouvez en parler à votre médecin de famille, à votre éducatrice en diabète ou à votre endocrinologue qui pourront vous suggérer des stratégies pour mieux contrôler l’hyperglycémie postprandiale. Système de communication patient Diabtetes Now Le Diabète et L’Insuline

Presenter: Dr. Jean-François Yale, Endocrinologist, Montreal, QC

Local Practitioners: Endocrinologist

Comprendre la technique de rotation de l'insuline

L’injection d’insuline peut être faîte dans plusieurs endroits comme le ventre, les cuisses ou le haut des fesses. Il est important de changer de place régulièrement. Avec le temps si on s’injecte souvent au même endroit, l’insuline sera de moins en moins bien absorbée parce qu’un trou est créé de façon répétitive au même endroit et fait des cicatrices sous la peau dans le gras. Si on s’injecte de façon continue au même endroit il y aura comme une blessure et l’insuline sera moins bien absorbée. Il est important de changer d’endroit pour éviter que l’insuline soit mal absorbée.

La façon de faire la rotation n’est pas vraiment importante, par contre il faut avoir un pattern qui va être propre à soi et que l’on peut répéter et suivre. De se dire, je fais une journée à gauche, une journée à droite n’est pas vraiment important. Mais si on n’a pas de plan d’avance, on risque de retourner toujours au même endroit. C’est important de se trouver un plan, de se dire une semaine à droite, une semaine à gauche et d’en parler à son professionnel de la santé qui peut avoir de bonnes idées. Il est nécessaire de s’assurer d’avoir une bonne façon de faire la rotation des sites d’injection. C’est important de surveiller les endroits où l’on injecte son insuline parce que sinon on risque de retourner aux mêmes endroits, donc de se créer des problèmes.

Idéalement, on préconise de s’écarter d’environ 2 cm, de la fois d’avant, entre deux injections, pour pouvoir s’assurer d’une bonne rotation. Mais souvent, il est difficile de se dire que je vais m’injecter 2 cm plus loin que la dernière fois. Mais si on s’assure à chaque fois de bien vérifier et de faire l’auto examen des zones d’injection, on sera plus sûr de faire la piqûre dans un endroit sain.

Il est important d’utiliser les aiguilles d’insuline une seule fois seulement, parce qu’après une seule injection, même si on ne le voit pas à l’œil nu, l’aiguille est déjà émoussée et on voit que la structure n’est plus parfaite. Si je réutilise la même aiguille, je vais me blesser de façon plus importante la prochaine fois et risquer de favoriser le développement de cicatrices sur la peau. Il en résultera le développement de la lipohypertrophie et l’insuline risque d’être moins bien absorbée. Il est donc important de changer d’aiguille chaque fois.

Il faut parler avec son équipe de professionnels de la santé pour savoir à quel endroit vous pourriez vous injectez l’insuline et que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser. Il faut redire aussi à quel point il est important de changer d’aiguille chaque fois que vous l’utilisez. Donc, n’hésitez pas à parler à vos professionnels de la santé à ce niveau-là. Système de communication patient Diabtetes Now Le Diabète et L’Insuline

Presenter: Ms. Catherine Goulet-Delorme, Nurse, Montreal, QC

Local Practitioners: Nurse

Dr. Pierre Filteau, MD, médecin de famille, discute des différents types d’insuline et leur rôle dans le traitement du diabète.

Traitement du diabète et de l'insuline

Pour le patient non diabétique, l’insuline est secrétée par une glande qui s’appelle le pancréas. Cette glande va fournir une insuline basale, une insuline qui va servir pour les besoins de base et il y aura également une insuline qui va être secrétée pour chaque repas qu’on appelle l’insuline prandiale. Alors, chez le diabétique, il aura à s’injecter de façon sous-cutanée cette insuline. L’insuline pour les repas, l’insuline prandiale, est une insuline de courte action, son action est d’environ trois à cinq heures et elle est injectée pour chaque repas. Alors, à chaque repas que le patient mange, il devra donc faire entrer le sucre dans ses cellules et c’est l’injection d’insuline de ce repas-là qui fera le travail.

Par contre, notre corps humain n’est pas toujours à jeun, même la nuit il y a une certaine source de sucre qui nourrit nos organes. On a besoin de cinq grammes de sucre à chaque heure pour nourrir notre cerveau entre autres. Donc ce sucre sera fourni dans nos réserves et notre corps va puiser à travers les réserves dans le foie et va nous donner un sucre qui va être continuellement apporté à nos cellules. Le sucre devra également entrer dans nos cellules et là il y aura une insuline qu’on appelle de base qui servira à faire entrer ce sucre.

Cette insuline de base est une insuline de beaucoup plus longue action on parle d’environ 24 heures, elle sera donnée de façon sous-cutanée avec un autre stylo et permettra ainsi de fournir les besoins qui sont plutôt généraux en dehors des repas. Il existe également des nouvelles insulines qui amènent les personnes à pouvoir avoir de meilleurs contrôles de leur diabète au niveau des insulines basales.

Du côté maintenant d’une troisième variété d’insuline c’est l’insuline pré mélangée. Cette insuline contient l’insuline basale et l’insuline du repas dans la même seringue dans le même crayon insuline et à ce moment-là l’avantage est d’avoir seulement une injection pour les deux insulines par contre le désavantage est le manque de flexibilité, on doit augmenter ou diminuer les deux sortes d’insulines en même temps et la flexibilité est moins présente dans ce type de traitement.

Alors l’insuline est très facilement administrée, nous avons maintenant aujourd’hui des stylos à insuline, ce sont des stylos qui contiennent des cartouches d’insuline que l’on va changer ou tout simplement un stylo qui est pré rempli et qui sera jetable après l’usage. Au bout de ces stylos, on va installer une toute petite aiguille, ce sont des aiguilles d’une longueur de 4 millimètres et ces aiguilles sont moins douloureuses que les tests que les patients font au bout des doigts. Cette insuline va être injectée sous-cutanée donc sur un membre soit un bras soit sur la cuisse soit sur le ventre et cela se fait de façon pratiquement sans douleur. On a également la possibilité avec ces stylos de pouvoir transporter notre insuline partout où l’on va, au restaurant, etc. Et l’insuline devient donc une façon très facile maintenant à administrer pour le patient.

Si vous avez des questionnements sur l’insuline, sur leurs injections ou leurs ajustements, n’hésitez pas à en parler avec votre infirmière éducatrice en diabète, votre médecin de famille, votre pharmacien ou votre endocrinologiste. II se fera un plaisir de vous conseiller. Système de communication patient Diabtetes Now Le Diabète et L’Insuline

Presenter: Dr. Pierre Filteau, Family Doctor, Saint-Marc-des-Carrieres, QC

Local Practitioners: Family Doctor

SYSTÈME DE COMMUNICATION PATIENT

QA Chat
Ask us a health question on
diagnosis/treatment options...